Partager

On ne sait pas ce qui est passé par la tête des sbires de Nintendo et Koei Tecmo, mais voilà un choix qui s’avère plutôt couillu. Transposer l’univers de Zelda dans celui de Dynasty Warriors, cela peut paraître étrange, voire même décalé. Et pourtant, après plusieurs heures de jeu et des ennemis zigouillés par milliers,Hyrule Warriors se révèle particulièrement réussi. Que vous soyez fan des Musô ou non, vous pouvez y jeter un œil. Il serait fort possible que vous soyez surpris.

Dynasty Warriors a son lot de fans mais aussi de détracteurs. Se farcir des centaines d’adversaires sur des terrains vastes mais souvent vides, ce n’est pas du goût de tout le monde. Avec Hyrule Warriors, on retrouve ainsi cette répétitivité dans l’action mais l’utilisation du background de la série Zelda fait souffler un vrai vent de fraîcheur. Coffres, bombes, boomerang, rubis…  tous ces éléments fidélisent rapidement le joueur. A cela, il faut ajouter des boss réussis, un bestiaire plutôt sympa et un scénario faisant appel à de multiples personnages. De Link à Zelda en passant par Sheik ou encore Midona, le jeu s’avère plutôt plaisant.
La Wii U tranquille
Techniquement, on aurait aimé un peu plus de folie dans les graphismes. Si le jeu est coloré par endroits, on regrette certains lieux un peu trop fades et un manque de variété dans les environnements. Heureusement, les musiques sont vraiment très rythmées et rappelleront de nombreux souvenirs. Certes, c’est du fan-service à outrance mais ça fonctionne ! Qui plus est, le gameplay est réfléchi, avec des combats dynamiques (et donc plaisants) et une progression, via un système d’évolution à base de badges, étonnamment efficace. Hyrule Warriors ne bouleversera pas les habitudes et n’a sans doute pas l’étoffe d’un jeu indispensable sur Wii U. Mais par rapport à son annonce, il y a tout de même de quoi être rassuré. C’est d’autant plus vrai que le casting s’étoffe au fur et à mesure de votre avancée. Les cinématiques, matérialisant le scénario, sont également une vraie réussite.
Placid et Musô
Nintendo et Koei Tecmo avaient tout pour se casser complètement la tronche. On peut même parler d’une véritable plaque glissante, tant la série Dynasty Warriors est loin, très loin, de faire l’unanimité. Fracassez des ennemis durant des heures, ça peut lasser. Et ça vous lassera forcément au bout d’un moment. C’est pourquoi les développeurs ont eu la bonne idée d’intégrer un mode en… coopération. Et ce dernier est très fun, merci le Gamepad. Il faut souligner que le frame-rate est constant, malgré les dizaines d’ennemis qui apparaissent sur le champ de bataille. En dehors de ça, les amateurs de challenges seront ravis de passer par le mode Aventure, qui vous propose pas moins de 120 défis à réussir.  En conséquence, la durée de vie est considérable, même si la richesse de l’ensemble n’est pas à la hauteur d’un vrai Dynasty Warriors. Les créateurs ont dû faire des concessions, mais les choix ont été mûrement réfléchi et servent le joueur.
Tadamdadam, tadamdadam (musique de mariage)
Associer deux univers qui semblent éloignés, il fallait le faire. Le mariage est réussi, malgré la répétitivité inhérente à la série des Dynasty Warriors. Plonger dans ce monde, avec les musiques de Zelda, l’univers du petit elfe et la fougue de Link, c’est aussi s’assurer de passer un bon moment. Alors oui, il ne bouleversera pas la chronologie des jeux Zelda. Cela reste un spin-off de qualité, qui apporte un petit brin de fraîcheur sur la ludothèque Wii U. Et par rapport à ce qu’on pouvait en attendre, c’est un bon point. Un très bon point même.