Partager

Alors que Battlefront II a reçu sa première mise à jour de l’année cette semaine, c’était pour nous l’occasion de faire le point sur ce jeu qui a déchainé autant les passions sur la WebSphere que le dernier film de la Saga Star Wars.

L’univers de Georges Lucas, récupéré maintenant par Disney a toujours soulevé les réactions les plus vives : cet univers, un des plus vastes et étendus de l’univers de la science-fiction et décliné en une multitude d’éléments transmedia , est défendu bec et ongles par une foule de fans bien au fait des moindres détails de cet univers y compris des éléments qui ne sont plus considérés comme canon (comprendre comme ne faisant plus partie des éléments reconnus comme évènements survenus officiellement dans l’univers de la franchise) comme par exemple grand nombre de nouvelles et de Bandes dessinées. Il ne faut donc pas s’amuser a trahir l’essence de l’univers car comme pour les films, le moindre détail sera disséqué, analysé, et longuement discuté par des millions de fans au fait du moindre évènement de la saga.

On a reproché a Battlefront 1er du nom (enfin 3eme du nom si on veut etre puriste) son absence de campagne Solo. Il faut bien dire qu’outre le devoir de respecter a la lettre un univers dont les fans pointilleux (a raison) n’acceptent aucune incartade, Dice et Electronic Arts se battaient en prime contre les titans videoludiques encore bien présents dans la tête des joueurs toute plateforme confondue qu’étaient Battlefront 1 et Battlefront 2 dont le deuxième opus qui date tout de même de 2005 restait encore jusqu’à maintenant LE jeu FPS dans l’univers Star Wars

Normal que les joueurs aient crié au scandale avec l’absence de campagne solo de Battlefront sur next gen, mais pas que. On avait reproché au titre le coté brouillon et vite chaotique des escarmouches dans l’espace, le coté répétitif de certaines cartes multijoueur ou les objectifs étaient souvent les mêmes de carte en carte, une absence de durée de vie malgré des DLC fournis, entre autres.

Mais voilà, Electronic Arts a prouvé que les avis des joueurs avaient été écoutés puisque Battlefront II présente une solution à presque tous les problèmes remontés même si il n’est pas exempt de quelques erreurs de jeunesse qui auraient pu être évités dès le départ.

Et oui arrachons tout de suite le sparadrap qui fait mal d’un seul coup, par erreurs de jeunesse qui auraient pu être évitées on parle bien évidemment des micro transactions a la limite (ou pas d’ailleurs) du pay to Win qui faisaient partie de Battlefront II au départ.
Il faut appeler un chat, un chat :quand le nombre d’habilités pouvant être équipées sur un personnage dépend du score de cartes détenues, (cartes qui par ailleurs permettent d’améliorer équipements et habilités), et que ces cartes peuvent être obtenues en payant l’ouverture de coffres au lieu de passer des heures à jouer, cela crée automatiquement un fossé entre le joueur qui a l’envie et les moyens de payer pour avoir les avantages tout de suite, et celui qui n’a pas les moyens ou qui ne veut tout simplement pas payer en plus pour un jeu pour lequel il s’acquitte déjà du prix du jeu et de surcroit du prix de l’abonnement live sur sa console préférée.
Les coffres contenant aussi de l’argent in game qui permet de débloquer les héros légendaires que tout fan rêve de pouvoir incarner comme Luke Skywalker ou Dark Vader, on est en plein dans le pay to Win.

Suite au tollé survenu sur la toile, et a un record mondial du post le plus downvoté sur reddit, Electronic Arts a écouté ses joueurs, et remis en cause le système de caisses, baissé le nombre de crédits ingame nécessaires a l’achat des héros et augmenté le nombre de crédits obtenus à la fin de la campagne solo pour que logiquement un des héros soit accessible dès la fin de la campagne. Un bon point donc car il est tout simplement inconcevable qu’un jeu payant se paye le luxe de faire payer les joueurs pour du contenu ingame a la façon d’un free to Play. Trop de paiement tue le paiement.

Et voilà c’est fini pour les trucs qui fâchent, on peut maintenant se concentrer sur le positif. Battlefront II est pour tout fan de star wars (ou même tout débutant dans la franchise) le jeu de tous les superlatifs.

Tout d’abord niveau visuel, que ce soit sur next gen ou sur PC, l’affichage 4K n’a que rarement rendu cet effet d’immersion totale dans un univers. Merci à la qualité des textures mais grâce aussi à tous les petits détails, tous les clins d’œil qui non seulement feront sourire les fans (comme les Ewoks qui se planquent dans les broussailles sur Endor) mais aident à une immersion complète dans l’univers Star Wars. Si le diable se cache dans les détails, le fun aussi.

On a parlé de l’apparition d’une campagne solo, ce type de campagne est à mon avis un indispensable dans un jeu comme Battlefront qui au final est voué ne le cachons pas à être joué en multi joueur en ligne. On n’a pas envie de se retrouver à jouer la chair à canon dans une map et respawner a tout va car on ne connait pas les principes du jeu, la physique, les contrôles etc. Une campagne solo ou on ne va faire chier personne parce qu’on va se faire owned 10 fois au même endroit avant de piger et donc incontournable. Et puis tout le monde n’a pas envie de se faire victimiser en ligne. De cette campagne solo que nous n’allons bien entendu pas vous spoiler, on retiendra des décors assez inédits pour un jeu star Wars (va on balance quand même un spoil, ça se déroule en partie sur une planète de l’empire avec du coup une architecture bien particulière qu’on n’a pas l’habitude de côtoyer dans des jeux star Wars) un niveau de difficulté bien équilibré. Au final on ne pourra que déplorer que 8 heures c’est trop court et ça nous laisse sur notre faim. Mais bon avec un peu de chance, EA prévoira une nouvelle campagne Solo rapidement tant cette campagne a réconcilié les joueurs avec Battlefront.

Si nous pouvions déplorer dans Battlefront une certaine monotonie des missions sur les cartes qui souvent se limitaient a « les uns attaquent la base, les autres la défendent » nous passons ici sur un système d’objectifs dynamiques. En effet l’accomplissement d’un objectif par l’Equipe adverse ne se soldera pas forcement par une victoire directe mais les objectifs restants vont « s’adapter ». Et ces objectifs sont différents pour chaque map. Ce système d’objectifs dynamiques étant repris dans les batailles spatiales, on peut dire adieu à la monotonie des escarmouches spatiales de feu Battlefront.

Au sujet des batailles spatiales d’ailleurs, c’est enfin devenu un véritable plaisir, loin du coté brouillon de celles de Battlefront. On voit bien qu’EA et Dice ont fait un énorme effort sur cette partie qui avait été pas mal critiquée dans leur dernier opus. Ce n’est plus le binz intégral et c’est un véritable plaisir que de participer à ces affrontements spatiaux. Un seul bémol mais qui pourrait je pense rapidement être solutionné, c’est qu’il n’est pas possible de jouer tout seul à ces combats spatiaux avec des bots comme c’est le cas pour les missions au sol. Par conséquent si vous voulez gouter à l’espace opéra, il faudra se résoudre à vous lancer dans la grande arène du combat multi joueur.

Une autre amélioration par rapport à son petit frère, ce sont l’apparition des classes. Concept largement demandé, cela permet d’optimiser sa façon de jouer en choisissant une classe de joueur qui correspondra au mieux à notre tactique et à notre façon de jouer. Grace aux cartes que l’on pourra obtenir suivant nos nombres de kills et notre temps de jeu, nous pourrons faire évoluer certaines aptitudes, débloquer certaines cartes au bout d’un certain nombre de victoires, et donc ne pas jouer de façon statique. Notre personnage va évoluer, les adversaires aussi, il faudra s’adapter en conséquence.

Alors certes, le jeu a surement eu une mauvaise pub au départ, notamment à cause de toute cette histoire de micro transactions, mais à mon humble avis, il faut dire ce qui est EA a prouvé qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et ils ont su rapidement faire machine arrière. Il en reste quoi ? Un excellent FPS qui vous mettra de plein pied dans l’univers Star Wars, des graphismes à tomber par terre surtout en 4K et un gamelan varié et bien équilibré. Apres cela reste un jeu de combat multi joueur, et le facteur humain jouera pour beaucoup dans votre expérience de jeu. Mais ne vous arrêtez pas sur une mauvaise expérience, préserverez et vous verrez que comme un bon vin, Star Wars Battlefront II se bonifie au fur et à mesure des parties.