Partager

Rond comme un ballon et jaune comme un citron, c’est… oops, il semble qu’il y ait erreur sur le héros. Ce n’est pas de Pac-Man que l’on parle mais bel et bien de Kirby. La fameuse boule rose de HAL Laboratory etNintendo (qui était d’ailleurs blanche sur la jaquette Game Boy européenne, si, si !) fait son come back et signe sa toute première aventure inédite sur 3DS. Une cartouche qui, sous ses allures de bonbon acidulé, se montre aussi étonnante que savoureuse. MIAM !

Il y a quelque chose de « pas glop » au Royaume des Fleurs. Alors que Kirby vaque à son occupation favorite, qui consiste à s’enfiler tout ce qui passe à sa portée (de la nourriture, hein !), voilà qu’un nouvel ennemi, Taranza, fait des siennes. Une tige géante a emporté dans les cieux la maison de notre héros et ce dernier n’a d’autre choix que de suivre le chemin qui va le mener jusqu’à l’affreux. Niveau scénario, c’est du Nintendo et il ne faut pas s’attendre à une trame profonde. En revanche, et c’est bien ce qui surprend le plus, c’est que l’adversaire s’est aussi chargé de kidnapper le Roi DaDiDou. Vous voilà fin prêt à aider votre ancien ennemi ! Un comble !
Tout en profondeur
Si l’aventure reste classique, les développeurs ont tout de même tout fait pour exploiter la puissance et les fonctionnalités de la portable. Déjà, techniquement, l’ensemble est vraiment superbe ! Les différents environnements sont colorés, détaillés et fourmillent d’effets visuels. Les animations et la modélisation des différents protagonistes sont à fondre de plaisir et la musique, guillerette à souhait, s’intègre parfaitement à cet arc-en-ciel ambulant. La 3D stéréoscopique (une totale réussite !) a été mise à profit via une progression fonctionnant sur deux plans. Durant l’aventure, on passe ainsi de l’un à l’autre avec une totale fluidité. Le héros n’est pas le seul concerné par cette notion de profondeur, puisqu’il faudra parfois prendre garde aux événements qui interviennent du fond de l’écran (comme les locomotives fonçant à vive allure ou les ennemis qui jouent de fourberie). Legameplay, comme par le passé, consiste à avaler les ennemis pour ensuite récupérer leurs pouvoirs. Et pour diversifier l’aventure, HAL Laboratory a intégré des séquences à base de gyroscope (vous devez par exemple allumer une mèche et faire en sorte qu’elle arrive jusqu’au canon ou vider des récipients d’eau). En clair,Kirby revient aux sources et le fait avec talent.
Sonnez les cloches
Par rapport aux autres épisodes, des pouvoirs inédits (le chanteur punk, le clown, le sonneur de cloches…) font leur apparition et sont, pour la plupart, vraiment excellents. L’une des nouveautés majeures vient de la Méganova qui offre à Kirby la faculté d’avaler le décor tout entier. Il peut ainsi déraciner des arbres, aspirer des ennemis gigantesques ou encore éjecter des boulets de démolition pour défoncer des murs. Cette faculté, très pratique, a le mérite de dynamiser le gameplay et d’ajouter du punch à la progression. Encore une fois, les développeurs ont mis la paquet sur le  bestiaire et les affrontements contre les boss sont toujours des moments jubilatoires. La formule se révèle ainsi très classique mais elle fonctionne très bien grâce à une multitude de petites idées.
Des mini-jeux en guise de dessert
Au-delà du mode histoire, la cartouche offre des tas de bonus qui feront plaisir aux collectionneurs aux herbes (certains éléments sont indispensables pour progresser, c’est le cas des gemmes solaires, mais il y a aussi 250 porte-clés à débloquer). Même si le jeu n’est pas difficile, atteindre le 100% va réclamer pas mal de temps. Lorsque vous parvenez à débusquer toutes les gemmes solaires, le joueur accède à des stages intitulés « EX » qui s’apparentent à des niveaux revisités, avec leur lot de surprises. Le Roi DaDiDou n’est pas en reste et se pare d’un mini-jeu lui étant totalement dédié. Ce dernier rebondit sur des tam-tams au rythme de la musique en évitant des ennemis. Le mode multijoueur, avec une seule cartouche, propose de la baston façon Smash Bros. C’est très rigolo et fun, sans atteindre la qualité de l’original dont il s’inspire. Le tout est complété par le Boss Rush qui porte bien son nom (se retaper tous les boss en un temps record). Autant dire que le menu est aussi savoureux que coloré ! Une vraie belle pioche !